Mots-clés liés à cet artiste

Cliquez sur ces mots-clefs pour découvrir les artistes en relation avec GOFFIN Josse.

GOFFIN Josse


Bruxelles , 1938°


"A l’instar des poètes qui voient de la poésie en tout, les artistes parfois vont chercher l’art dans le quotidien le plus banal.
Un jour qu’il se trouvait sur un chantier, Josse Goffin eut le regard attiré par un sac détrempé qui traînait parmi les gravats.
C’était un de ces gros sacs de papier fort qui servent à conditionner le ciment ; une enveloppe frustre couverte d’inscriptions à la typographie rigoureusement utilitaire. Sans trop savoir pourquoi, Goffin est interpellé. Il ramasse avec soin ce vestige rudéral, l’emporte chez lui, le lave, le repasse, le colle sur un carton... et se met à le rehausser de dessins, au gré de sa fantaisie.
Le support, entre ombre et lumière, ravit l’artiste. Son pastel accroche sur ce kraft industriel à la surface grumeleuse, accidentée, gercée, qui garde de son passé cimentier les traces d’une vie d’épreuves. Le papier amortit les teintes claires, soutient les plus sombres ; le pastel sec, tout en légèreté et en nuances, s’y donne des airs d’aquarelle.
L’artiste se prend au jeu. Le sac d’Obourg a libéré chez lui une créativité dégagée de toute contrainte mercenaire.
Goffin, l’illustrateur plusieurs fois couronné, le communicateur recherché, l’affichiste reconnu, le graphiste écouté, s’amuse...
Il y a le support - un kraft grossier dont il a toujours rêvé et dont les nervures lui sont comme un lointain rappel des papiers d’académie - mais aussi les couleurs délavées, les motifs, les lettrages. Goffin découpe, déchire, recolle, se sert de la typographie comme support, comme ornement, voire comme thème central. Mais, par-dessus les réminiscences fonctionnelles - décors aux silhouettes traversées de bribes, de fragments empruntés à l’anglais, au néerlandais, au français, de sigles, du nom Obourg aux mécanes pesantes - c’est tout un univers qui s’installe, éminement goffinien. Corps féminins aux allures de mannequins, masques, chiens assis, montages à plans multiples, à la limite de l’abstraction, jouets, instruments, toupies et bobéchons. Goffin est bien là avec sa ménagerie poétique dopée au Portland. Les univers se superposent, le rebut reprend vie, la création investit le résidu, lui ménage une seconde lecture et, l’une s’appuyant sur l’autre, s’arroge un espace ludique.
Car, au coeur de cette démarche au goût de liberté retrouvée, l’écriture de Goffin est spontanée. Lorsqu’il crée sur sac, l’artiste ne sait jamais où son crayon le mène. Son oeuvre lui est révélée à mesure qu’il lui donne forme. Goffin s’amuse et lui - qui n’a plus rien à prouver - se prend à jouer avec lui-même..."

Michel Oleffe.


Formation

Graphisme et communication visuelle, La Cambre, Bruxelles.

Prix et distinctions

- 2000 : Grand prix du public au Japon pour "Petit Cube chez les tout-ronds", Edition Mijade.
- 1993 : Grand prix graphique de la foire de Bologne pour "OH !" . (RMN Réunion des Musées Nationaux).

Expositions

- 2013 : "Tables ouvertes", Galerie Quadri, Bruxelles.
- 2012 : "Escargots à gogo" - Gastéropodes en mots et en images, centre Daily-Bul & C°, La Louvière.
- 2010 : "Josse Goffin Dessins & Lino-gravures", [image]², Bruxelles.
- 2009 : Centre d’Art du Rouge-Cloître, Bruxelles.
- 2009 : "Inventaire - Inventaris", Expo Rouge-Cloïtre, Bruxelles.
- 2007 : Petits Formats , Château Malou, Bruxelles.
- 2006 : "Parade Foire" : Internationale du Livre de Jeunesse de Bologne.
- 2005 : Exposition, Bibliothèque St Henri, Bruxelles.
- 2002 : "Sacs d’Obourg", Galerie 2016, Bruxelles.

Publications

- "Inventaire", Editions Racine, 2010.
- "Grand-Mère Sucre, Grand-Père Chocolat Drôle de Doudou", textes de Gigi Bigot et Evelyne Rebert, Editions Bayard Jeunesse, 2002.
- "Petit poisson", Editin Mijade, 2000.
- "Petit Cube chez les tout-ronds", Textes de Christian Merveille, Edition Mijade, 2000.

E-mail : jossegoffin@skynet.be
Site internet : http://www.jossegoffin.com